planets

Groupe d'étude Teilhard de Chardin

english English version
Prezentazione in Italiano italiano
graphic

L'Univers

Quand il s'avère que l'Univers est intelligible

Lorsque Galilée confirmant Copernic affirme que c'est la Terre qui orbite autour du soleil en tournant sur elle-même, c'est un fait aujourd'hui incontesté. Et pourtant cette découverte provoque un séisme au sein des religions et pas seulement à Rome. Il faut plusieurs siècles au christianisme pour avaliser cette vérité de science en raison de ses profondes incidences éthiques qui, lors du procès de Galilée, n'ont pas échappé à son principal accusateur, le cardinal Bellarmin. Galilée donne en effet le coup d'envoi à la science moderne fondée sur l'hypothèse que la Nature est intelligible, notamment la mécanique céleste que gouvernaient auparavant les dieux. Le tonnerre et l'arc-en-ciel ne sont plus des manifestations de leur colère ou de leur alliance. Si l'intelligence humaine est capable de comprendre l'économie des phénomènes naturels, de les démystifier, de les analyser, de les reconstituer et de les asservir à ses desseins, c'en est fini des mythes, des mystères et des vérités de foi réputées inexplicables comme de l'autorité du Magistère qui en a le dépôt. Si les chimistes peuvent trouver la formule de tous les corps et en faire la synthèse, qu'adviendra-t-il, pense à juste titre Bellarmin, du dogme eucharistique de la présence réelle? Il ne se trompait pas en réalisant que Galilée ouvrait tout grand la porte au matérialisme et au rationalisme. De fait, l'éthique de l'intelligentsia occidentale va être progressivement contaminée par le refus du magique, de l'irrationnel, de l'occulte, tandis que les religions s'accrochant à des dogmes incompréhensibles vont être taxées d'obscurantisme. Or cette exigence d'intelligibilité est plus vive que jamais.

wormhole

C'est bien l'éthique qui est en jeu, et non la science, lorsque le Christ dénonce ceux qui préfèrent les Ténèbres à la Lumière; lorsqu'il loue ceux qui "font la vérité" (Jn 3, 21) et qu'il proclame que" la vérité rend libre"(Jn 3, 32). Certes il enseigne en paraboles à l'usage de ceux qui ne peuvent pas encore comprendre, mais à ses disciples il les explique en les admonestant: "Vous ne comprenez pas encore. Avez-vous donc l'esprit bouché ?" (Mc8, 17). "La bonne terre c'est l'homme qui entend la parole de Dieu et la comprend'(Mt 3, 23). Aux États-Unis, les enseignants disent que leurs élèves forment la génération Y, prononcez "ouai' comme l'i grec en anglais mais aussi comme "why": pourquoi. Il n'est pas nouveau que les enfants harcèlent leurs parents avec des pourquoi mais hier cela passait avec l'âge, à mesure qu'ils réalisaient que nombre de pourquoi n'avaient pas de réponse. Aujourd'hui les enfants trouvent la plupart des réponses sur Internet, celles qu'ignorent souvent leurs parents, et ils n'acceptent plus l'incrédibilité tout en remplaçant le culte des mythes d'hier par celui des fictions numérisées.

space

Quand il s'avère que l'Univers évolue

Certes la science n'explique pas encore tout et je voudrais le montrer à propos de la deuxième découverte célèbre, celle de l'évolution des espèces par Darwin, fait désormais scientifiquement avéré dont les conséquences éthiques sont aujourd'hui manifestes. Chacun sait en effet la résistance que lui opposent encore, en raison de leur foi, les créationnistes et autres adeptes d'une croyance en l'évidence d'un dessein intelligent et intelligible du Créateur, de tout temps lisible dans la Création. Depuis Darwin, l'analyse d'un processus évolutif s'est étendu aux corps inanimés, à l'histoire de l'Univers désormais scrutée sur 13,7 milliards d'années, de l'infiniment petit des particules élémentaires du plasma primitif jusqu'à l'infiniment grand du monde sidéral. Cette analyse n'a pas encore donné naissance à une théorie de l'évolution faisant l'unanimité car elle se heurte à l'improbabilité des émergences de la matière, de la vie et de la pensée réfléchie du sapiens.

stars

On l'impute au Hasard, divinité de substitution qui préside à la contingence c'est à dire à l'impossibilité de prévoir avec certitude de deux événements équiprobables lequel adviendra, comme au jeu de Pile ou Face. Mais chez Darwin, c'est une autre divinité qui gouverne l'évolution: l'adaptation de l'espèce au milieu opère d'autorité selon lui la sélection naturelle des mieux adaptés aux dépens des moins adaptés. Or les physiciens savent maintenant que dès le commencement l'adaptation joue déjà lors de l'interaction entre deux particules en favorisant la résonance de leur échange, qui produit son rayonnement, par rapport à sa dissonance qui provoque son amortissement. Leur comportement est un compromis entre les indéterminations inhérentes à leurs degrés de liberté, qui sont parfaitement élucidés, et la détermination qu'exerce la contrainte de cette régulation naturelle fonctionnant par résonance économe en énergie et dissonance dissipatrice d'énergie. Il en est comme de tout jeu où la liberté d'action des joueurs est subordonnée à une règle qu'ils doivent respecter sous peine de pénalités. C'est encore vrai à l'échelle humaine où la concorde est gratifiante et la discorde éprouvante; où, si contrariantes soient-elles, les concessions mutuelles pour régler pacifiquement un conflit valent mieux qu'une guerre suicidaire.

2017 Groupe d'etude Teilhard de Chardin